92 % des Français ont trouvé des hôtes indésirables dans leur logement.

92 % des Français ont trouvé des hôtes indésirables dans leur logement.

S’il y a bien un secteur qui ne connaît pas la crise, c’est celui de la dératisation et de la désinfection.

 

Entre la hausse des températures et nos habitudes de vie, les nuisibles et parasites prolifèrent dans les villes. À en croire un sondage Odoxa réalisé en 2019 pour la Chambre syndicale des entreprises de dératisation, désinsectisation, désinfection (CS3D), 92 % des Français ont déjà trouvé ces hôtes indésirables dans leur logement.

Hit-parade des indésirables

Différentes petites bestioles peuvent envahir le toit d’une habitation et y causer d’importants dégâts. Alors que les rongeurs, à l’origine de plus de la moitié des interventions du secteur, s’attaquent aux denrées alimentaires et aux câbles électriques, les termites s’en prennent aux boiseries, tandis que les cafards souillent plan de travail, vaisselle et aliments au risque de transmettre des maladies graves. Insecticides ciblés, pièges et même recours à des professionnels peuvent alors être nécessaires pour venir à bout de ces indésirables.

numéro 1 des particuliers   les punaises de lit,

Mais la hantise numéro 1 des particuliers concerne les punaises de lit, bien qu’elles ne représentent que 8 % des invasions, selon le sondage d’Odoxa. Ces redoutables insectes piquent durant le sommeil pour sucer le sang en laissant des marques rouges qui entraînent pour leurs victimes de sévères démangeaisons. Particulièrement difficiles à éradiquer, ces envahisseurs se nichent partout et peuvent facilement passer d’une maison à l’autre. Le plus souvent, l’intervention d’une entreprise spécialisée et l’application de mesures de désinfection draconiennes sont indispensables pour les éradiquer. Alors que certaines sociétés facturent plus de 1.000 euros pour cette opération de désinsectisation, il faut en réalité compter environ 300 euros pour un appartement standard infesté de punaises de lit.

Les bailleurs responsables

On l’aura compris, la prolifération de ces espèces constitue un véritable enjeu de santé publique. La législation a donc mis des obligations de prévention et d’action à la charge de l’ensemble des acteurs, y compris des propriétaires particuliers. En l’occurrence, la loi impose au bailleur de remettre au locataire une habitation « décente » et d’en assurer l’entretien général.

Suivez Derattack sur Facebook et Twitter

Critères de la loi Elan de 2018.

Or, les critères permettant d’évaluer cette notion ont été renforcés par la loi Elan de 2018. Outre les caractéristiques tenant à la surface, au bon état des équipements, à la sécurité des lieux, à leur aspect sain et à leur performance énergétique, le logement doit également être « exempt de toute infestation d’espèces nuisibles et parasites ». Dès lors que le locataire s’aperçoit de la présence de bestioles indésirables, il doit par conséquent en informer son propriétaire par courrier recommandé, afin que ce dernier règle les frais de dératisation, de désinsectisation ou de désinfection.

 

Le bailleur ne peut se décharger de sa responsabilité que s’il prouve que c’est l’occupant qui a provoqué l’invasion. C’est toutefois peu probable lorsque des rats ou des cafards sont en cause, sauf à démontrer un défaut d’hygiène du locataire. En revanche, la présence de punaises de lit pose un réel souci de preuve puisque n’importe qui peut être à l’origine de l’infestation. Tout dépend alors du moment où ces insectes sont découverts. Si cela survient très peu de temps après la remise des clés, le bailleur aura du mal à échapper à sa responsabilité. À l’inverse, s’ils apparaissent en cours de location, ce sera le plus souvent à l’occupant de payer la désinsectisation.

https://derattack.com/deratisation-prise-de-rdv/

source 20minutes.fr

LES CAFARDS, EXISTENT DEPUIS PRÈS DE 250 MILLIONS D’ANNÉES.

LES CAFARDS, EXISTENT DEPUIS PRÈS DE 250 MILLIONS D’ANNÉES.

Insectes au corps aplati, à la course rapide et se nourrissant de débris variés , les blattes, encore appelées cancrelats ou cafards, existent depuis  près de 250 millions d’années.

Elles sont représentées aujourd’hui par quelque 4 000 espèces La plus grande blatte du monde, en Australie peut atteindre 18 centimètres
Parmi les blattes indigènes de la France on peut citer les espèces du genre Ectobius qui peuple généralement les bois, et Loboptera decipiens, typique du littoral méditerranéen.

source

L’allergie à la blatte est de plus en plus impliquée dans l’asthme sévère péri annuel – notamment chez les enfants ainsi que les rhinites et conjonctivites allergiques.
Le taux de sensibilisation est plus élevé en milieu urbain ; lorsque le logement est humide ; ou chez les personnes vivant dans de mauvaises conditions d’hygiène et de salubrité.

source

Les blattes élisent domicile dans des lieux humides et obscurs contenant des résidus de nourriture : dans les cuisines (derrière les meubles et gros appareils électroménager, les placards), les gaines d’aération et d’isolation, les fentes des murs, les vides-ordures, les buanderies.
elles peuvent cependant coloniser très rapidement les immeubles neufs par l’intermédiaire des gaines d’aération ou par introduction d’un élément provenant d’un immeuble infesté (meuble, matelas).

Les blattes sont particulièrement difficiles à éradiquer : elles se multiplient rapidement, et sont capables de survivre 90 jours sans nourriture.Les blattes se multiplient dans l’intérieur des maisons infestées tout au long de l’année

Que détestent les cafards?

Agrumes. Vous aimerez peut-être l’odeur des agrumes frais, mais les cafards détestent l’odeur. Cela signifie que vous pouvez utiliser des nettoyants parfumés aux agrumes dans votre cuisine et votre salle de bain pour chasser tout cafards un moyen. Vous pouvez également conserver quelques écorces d’agrumes autour de votre maison à des endroits stratégiques.

 de quoi les cafards ont-ils peur?

Contrairement aux croyances populaires, les cafards ne sont pas avoir peur de léger. Bien que la plupart des espèces préfèrent l’obscurité, certaines sont en fait attirées par la lumière et peuvent se rassembler près des fenêtres ou sur les écrans de télévision la nuit. Cependant, cette réaction est beaucoup plus influencée par leur crainte d’ humains que leur dégoût pour la lumière.

source

Pourquoi ai-je des cafards dans ma maison propre?

En pensant aux causes cafards dans un maison propre, vous atterrissez probablement d’abord sur les zones qui sont à la vue de tous, comme les comptoirs de cuisine, les sols de la salle à manger, etc. Cela signifie qu’ils s’infiltreront à travers les fissures à l’extérieur de votre maison, les évents de la sécheuse et même les espaces entre votre mur et votre sol.

 

Où se cachent les cafards pendant la journée ?

Ils préfèrent vivre et se nourrir dans le noir, donc un cafard vu au cours de la journée est un signe possible of infestation. Les cafards ont tendance à préférer les endroits sombres et humides cacher et se reproduisent et peuvent être trouvés derrière les réfrigérateurs, les éviers et les cuisinières, ainsi que sous les drains de sol et à l’intérieur of moteurs et gros électroménagers.

recevez 30 euros

Un cafard est-il un signe d’infestation?

Il y a une forte tendance à voir un cafard se précipiter signifie que votre maison est déjà infesté avec les petits insectes effrayants. Un seul cafard pourrait ne pas être en mesure de causer des dommages importants à votre propriété ou à votre santé ; cependant, un énorme infestation se cacher quelque part dans votre maison peut.

Quelle couleur de lumière les cafards détestent-ils ?

Les résultats de l’enquête sur quelle couleur repoussera le plus grand nombre de les cafards, indique que le rouge lumière repousse un plus grand nombre de cafards que les cinq autres lumières colorées et le groupe témoin de non lumière. Vert lumière dissuadé le deuxième plus cafards suivi du blanc, du jaune et du bleu.

 

https://derattack.com/deratisation-prise-de-rdv/

COMMENT NETTOYER LES EXCREMENTS DES RONGEURS

COMMENT NETTOYER LES EXCREMENTS DES RONGEURS

Lorsque vous commencez à nettoyer, il est important de ne pas remuer la poussière en balayant ou en aspirant les excréments, l’urine ou les matériaux de nidification.

eau de javel et gants

Portez des gants en caoutchouc, en latex ou en vinyle lorsque vous nettoyez l’urine et les excréments.
Vaporisez l’urine et les excréments avec un désinfectant ou un mélange d’eau de Javel et d’eau et laissez tremper 5 minutes. La concentration recommandée de solution d’eau de Javel est de 1 partie d’eau de Javel pour 10 parties d’eau. Lorsque vous utilisez un désinfectant commercial, suivez les instructions du fabricant sur l’étiquette pour le temps de dilution et de désinfection.

 

Utilisez une serviette en papier pour ramasser l’urine et les excréments et jetez les déchets à la poubelle.
Une fois que les excréments et l’urine des rongeurs ont été retirés, désinfectez les articles qui pourraient avoir été contaminés par des rongeurs ou leur urine et leurs excréments.

Désinfectez toute la zone

Ensuite, nettoyez et désinfectez toute la zoneEssuyez les planchers et nettoyez les comptoirs avec une solution désinfectante ou javellisée.
Nettoyez à la vapeur ou shampouinez les meubles rembourrés et les tapis présentant des signes d’exposition aux rongeurs.
Lavez la literie et les vêtements avec un détergent à lessive dans de l’eau chaude s’ils sont exposés à l’urine ou aux excréments de rongeurs.
Enfin, retirez les gants et lavez-vous soigneusement les mains à l’eau et au savon (ou utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool sans eau lorsque le savon n’est pas disponible et que les mains ne sont pas visiblement souillées).

 

Rongeurs morts ou nids

Portez des gants en caoutchouc, en latex ou en vinyle lorsque vous nettoyez des rongeurs ou des nids morts.

Vaporisez le rongeur mort ou le nid et la zone environnante avec un désinfectant ou un mélange d’eau de Javel et d’eau.
Faire tremper les rongeurs, les matériaux de nidification ou les excréments dans la solution pendant 5 minutes avant de les essuyer avec une serviette en papier ou un chiffon.
Placez les rongeurs morts ou les matériaux de nidification dans un sac en plastique et fermez hermétiquement. Placez le sac plein dans un deuxième sac en plastique et fermez-le.
Jetez le sac dans une poubelle couverte qui est régulièrement vidée.
 

Cabanes, hangars, granges ou autres dépendances

Avant d’essayer de nettoyer les cabanes, hangars, granges ou autres dépendances, ouvrez toutes les portes et fenêtres pendant 30 minutes. Cela permettra à l’air frais d’entrer dans la zone de travail.

Passer la vadrouille sur les sols ou vaporiser les sols sales avec un désinfectant ou un mélange d’eau de Javel et d’eau.
Nettoyez les comptoirs, les armoires et les tiroirs avec un désinfectant ou un mélange d’eau de Javel et d’eau.


Greniers, sous-sols, vides sanitaires et autres zones de stockage

Avant de nettoyer les greniers, sous-sols, vides sanitaires et autres zones de stockage, il est nécessaire d’éliminer complètement l’infestation de rongeurs existante par piégeage. Lorsqu’il n’y a aucun signe d’infestation, attendez environ 5 jours avant de commencer à nettoyer ces zones. Avant de nettoyer l’espace, aérez la zone en ouvrant les portes et les fenêtres pendant au moins 30 minutes pour permettre à l’air frais d’entrer dans la zone et pour éliminer l’air potentiellement contaminé de la zone. Utilisez une ventilation croisée et quittez la zone pendant la période d’aération.

 

des bâtiments "envahis" par les rats
des bâtiments “envahis” par les rats

un masque anti-poussière peut offrir une certaine protection contre la poussière, les moisissures et les fibres isolantes, mais ne protège pas contre les virus.
Vaporisez l’urine, les excréments et les matériaux de nidification avec une solution d’eau de Javel (1 volume d’eau de Javel pour 9 volumes d’eau) ou un désinfectant ménager préparé selon les instructions de l’étiquette pour le temps de dilution et de désinfection. Bien tremper. Cela désactivera tout virus. Utilisez une serviette en papier ou un chiffon pour ramasser les matériaux et les jeter.
Essuyez les sols après les avoir vaporisés à l’aide d’une solution d’eau de Javel ou d’un désinfectant. Les sols en terre battue peuvent être vaporisés avec une solution d’eau de Javel et d’eau ou un désinfectant.
Si l’isolant exposé a été contaminé par de l’urine et des excréments, il doit être placé dans des sacs en plastique pour être retiré.

Retirer tout matériau potentiellement contaminé

Tout d’abord, déplacez les récipients/boîtes de stockage à l’extérieur et placez-les dans un endroit bien ventilé et exposé à la lumière directe du soleil. L’extérieur des récipients/boîtes de stockage peut être désinfecté à l’aide d’une solution d’eau de Javel ou d’une solution désinfectante ;
Ensuite, retirez les matériaux potentiellement contaminés dans la zone ensoleillée et ventilée. Restez au vent afin que la poussière ou les débris ne soient pas projetés vers votre visage. Certains matériaux stockés contaminés, tels que les vêtements, les livres, etc. peuvent être décontaminés en suivant les méthodes de désinfection recommandées fournies dans le tableau ci-dessous ; les articles qui ne sont plus nécessaires peuvent être jetés.

Jetez toutes les boîtes en carton contaminées par l’urine ou les excréments. Les récipients en plastique, en verre ou en métal peuvent être désinfectés par pulvérisation d’une solution d’eau de Javel et d’eau ou d’un désinfectant. Ensuite, à l’aide d’un chiffon ou d’un papier

https://derattack.com/deratisation-prise-de-rdv/

Comment l’Alberta au Canada, est-elle exempte de rats ?

Comment l’Alberta au Canada, est-elle exempte de rats ?

L’Alberta est la seule province au Canada qui n’a pas de rats et ce qui en fait, la plus grande zone habitée de la planète qui est exempte de rats.

 

Les rats devaient venir de l’Est du Canada, et c’est une longue marche, donc ce n’est que dans les années 1950 qu’ils ont finalement atteint l’Alberta. Quand ils l’ont fait, le gouvernement de l’Alberta était prêt pour eux : ils ont mis en place un programme de contrôle des rats très agressif qui a tué tous les rats qui ont traversé la frontière Alberta/Saskatchewan.

une loi de 1942!

L’Agricultural Pests Act de l’Alberta de 1942 autorisait le ministre de l’Agriculture à désigner comme nuisible tout animal susceptible de détruire les récoltes ou le bétail; chaque personne et municipalité devait détruire les parasites désignés. Lorsque leur lutte antiparasitaire n’était pas adéquate, le gouvernement provincial pouvait l’effectuer et imputer les coûts au propriétaire foncier ou à la municipalité.

Les rats ont été désignés nuisibles en 1950. Un amendement à la loi en 1950 exigeait en outre que chaque municipalité nomme un inspecteur de la lutte antiparasitaire. En 1951, des conférences sur le contrôle des rats ont eu lieu dans l’est de l’Alberta, et 2 000 affiches et 1 500 dépliants intitulés « Contrôle des rats en Alberta » ont été distribués aux élévateurs à grains, aux gares, aux écoles, aux bureaux de poste et aux particuliers.

 

Entre juin 1952 et juillet 1953, [plus de 140 000 livres] de poudre de trioxyde d’arsenic ont été utilisés pour traiter 8 000 bâtiments sur 2 700 fermes dans une zone de 12 à 31 miles de large et 186 miles de long à la frontière orientale. Certains résidents n’ont pas été informés de l’utilisation d’arsenic et certains auraient été informés que la poudre traçante n’était nocive que pour les rongeurs. Par conséquent, certains empoisonnements du bétail, de la volaille et des animaux de compagnie se sont produits. Heureusement, la warfarine, le premier poison anticoagulant contre les rongeurs, est devenue disponible en 1953 ; La warfarine est beaucoup plus sûre que l’arsenic et est en fait prescrite à certains patients cardiaques comme anticoagulant.

des dépenses de contrôle des rats augmentées de 100 pour cent.

Le nombre d’infestations de rats dans la zone frontalière a augmenté rapidement, passant d’une en 1950 à 573 en 1955. Cependant, après 1959, le nombre d’infestations a chuté de façon spectaculaire.

La part provinciale des dépenses de contrôle des rats est passée à 100 pour cent en 1975. Tous les locaux situés dans la zone de contrôle du Montana à Cold Lake sont maintenant inspectés au moins une fois par an. Les infestations de rats sont éliminées par des appâts, du gaz ou des pièges. Les bâtiments sont parfois déplacés ou démolis, et dans certains cas, les rats sont déterrés avec une pelle rétrocaveuse ou un bulldozer. Au début, ils utilisaient également des fusils de chasse, des incendiaires et des explosifs puissants pour contrôler les rats. C’était une sorte de zone de guerre.

Des centaines d’infestations suspectées sont signalées chaque année, mais la plupart des observations s’avèrent être des rats musqués, des spermophiles, des écureuils terrestres, des rats des bois à queue touffue ou des souris. Cependant, toutes les infestations suspectées sont étudiées.

Quelques rats blancs ont été amenés par des animaleries, des professeurs de biologie et des individus bien intentionnés qui ne savaient pas qu’il était illégal d’avoir des rats en Alberta, même des rats de laboratoire blancs ou des rats de compagnie. Les rats blancs ne peuvent être gardés que par des zoos, des universités, des collèges et des établissements de recherche reconnus en Alberta. Les citoyens privés ne peuvent pas garder des rats blancs, des rats cagoulés ou l’une des souches de rats bruns domestiqués. La possession d’un rat domestique peut entraîner une amende pouvant aller jusqu’à 5 000 $.

une amende de 190 000 $ canadiens

En 2004, quelqu’un a relâché 38 rats à Calgary. Au moment où les agents de contrôle des rats sont arrivés, la plupart d’entre eux étaient morts. Les résidents locaux avaient formé un groupe et les avaient tués avec des balais, des 2×4 et des pelles. Si les autorités avaient attrapé le coupable, il aurait pu faire face à une amende de 190 000 $ (125000 euros environ) – en supposant que ses voisins ne l’aient pas d’abord touché avec des balais, des 2×4 et des pelles. Les Albertains ne veulent pas de rats.

https://derattack.com/deratisation-prise-de-rdv/

Ce message a été initialement publié sur Quora

Rats et souris : les dégâts qu’ils causent

Rats et souris et les dégâts qu’ils causent

25 ans d’expérience de travail et d’écriture sur la lutte antiparasitaire.

Un rat ou une souris dans votre maison peut comporter de nombreux risques. Les rongeurs peuvent propager des maladies et les rats et les souris peuvent causer beaucoup de dommages à la structure de votre maison ainsi que manger et contaminer votre nourriture et celle de votre animal de compagnie.

Dommages

Les rats et les souris peuvent causer des dommages structurels aux maisons, aux appartements, aux bureaux et à pratiquement tout type de bâtiment en rongeant, en construisant des nids et en déféquant :

Les souris mâchent à peu près tout ce qu’elles jugent utile pour construire leurs nids. Cela peut être du bois, du papier, du tissu, des livres, etc.
Une souris rongera et creusera dans les meubles rembourrés ou les sièges de voitures pour créer un nid caché et douillet.

souris blanche
L’isolation n’est pas non plus à l’abri des souris. Ils creuseront des tunnels dans l’isolation à l’intérieur des murs et des greniers, soit pour construire une maison, soit pour rassembler des matériaux souples pour leurs nids.
Les souris rongeront également l’isolant autour des fils. Cela a été connu pour causer une réelle menace d’incendie.
Les souris construiront même leurs nids dans de gros appareils électriques, mâchant encore une fois ou à travers l’isolation et le câblage, ce qui peut provoquer un court-circuit, un dysfonctionnement ou un risque d’incendie de l’appareil.

Les souris n’ont de respect pour aucun article, elles rongeront à peu près n’importe quel article à mâcher qui est stocké dans le grenier, le sous-sol, le garage ou le placard, y compris les objets de famille irremplaçables, les peintures de valeur et les documents importants.
Plus un objet ou une zone est caché et non dérangé, plus une souris ou un rat est susceptible de le voir comme une maison confortable et sûre.

appelez un professionnel

Ensuite, lorsque cette souris se déplace dans votre maison à la recherche de matériaux de nidification, de nourriture et d’eau, elle laisse derrière elle des traces d’urine et des excréments fécaux. Non seulement ils contaminent les surfaces et les aliments sur lesquels ils atterrissent et provoquent la propagation potentielle de maladies, mais ils laissent également une trace d’odeur pour les autres souris, leur faisant savoir que c’est un endroit formidable où vivre.

nourriture

Les souris ne sont pas très inconstantes lorsqu’il s’agit de nourriture, elles se nourrissent d’une vaste gamme d’aliments stockés ou d’aliments pour animaux de compagnie.
Si un aliment est livré dans une boîte en carton ou un emballage en papier, c’est un double bonus pour la souris. L’emballage peut être utilisé pour la nidification et la nourriture à l’intérieur pour manger.
Lorsqu’elles sont dans le garde-manger ou le placard, les souris contaminent également les aliments avec leur urine, leurs excréments et leurs cheveux.

 


Bien qu’elle ne mange qu’environ trois grammes de nourriture par jour, on estime qu’une souris contamine et détruit 10 fois plus de nourriture qu’elle n’en mange car elle laisse ses excréments, grignote les emballages et laisse derrière elle de nombreux aliments partiellement mangés, laissant tout cela. non comestibles et impropres aux humains ou aux animaux de compagnie.

Même sans nourriture à l’intérieur, une souris rongera les récipients en plastique et les objets en bois, et déchiquetera le papier stocké (essuie-tout, serviettes de table, etc.) pour leurs nids.
À l’extérieur, les souris et les rats peuvent endommager la structure de votre maison en tentant de pénétrer à l’intérieur. Les souris ont besoin d’un trou de la taille d’un centime pour se faufiler dans votre maison. Mais si un trou est trouvé et qu’il n’est pas assez grand, il rongera la structure jusqu’à ce qu’il le soit.
Les souris peuvent également déterrer et se nourrir des cultures nouvellement plantées dans les jardins, causer des dommages avant la récolte et s’enfouir dans d’autres zones de la propriété pour se nourrir et nicher.

https://derattack.com/deratisation-prise-de-rdv/

SALUBRITE PRECAIRE A PARIS

SALUBRITE PRECAIRE A PARIS

la multiplication des zones de d’habitation précaire ne va pas sans poser des problèmes de salubrité

les zones de d’habitation précaire telles que nous les voyons fleurir de plus en plus souvent à Paris devient dramatique

Ces bidonvilles faits de bric et de broc constituent pratiquement un village entier de tentes reliées les unes aux autres par des attaches de fortune
Cela ne va pas sans poser des problèmes de salubrité et d’insalubrité en réalité

 

les nuisibles se reproduisent la trouve de la nourriture

il est connu que de manière générale les nuisibles se reproduisent la trouve de la nourriture
et là où la nourriture est en général parquée
c’est pour cela que l’on trouve régulièrement des rats à côté des poubelles ou à proximité des restaurants c’est-à-dire des lieux où on produit de la nourriture
Il en va de même pour tout ce qui est tout type de nuisible de type, Insecte comme les cafards mais aussi les tiques les araignées et autres invités que l’on ne souhaite pas forcément avoir à sa table

c’est dans le cadre d’une opération de restauration de la salubrité de ces quartiers que la mairie de Paris a décidé de donner un grand coup de balai il y a quelques années de ça en démontant le squat de fortune qui s’était est constitué aux abords du périphérique dans le 18e arrondissement

Stalingrad et Jaurès

malheureusement il est à déplorer que ce squat d’infortunés se soit transporté quelques centaines de mètres plus loin aux abords du métro aérien de la capitale plus précisément au tour des stations Stalingrad et Jaurès
dans ce quartier connu pour les problèmes récurrents de drogue près des jardins d’Eole il y a déjà une propension à avoir ce genre de problème

une dératisation d’urgence est à prévoir

une dératisation d’urgence est à prévoir et même si madame Hidalgo est plus occupée aujourd’hui par ses désirs de devenir présidente de la République il faut lui rappeler que son premier rôle celui de maire pour lequel elle a été élue il y a quelques mois est de s’occuper en priorité de ses concitoyens
et de faire en sorte que Paris retrouve un minimum de propreté et de salubrité
même si le problème des migrants ne lui est pas imputable il est clair que sa passivité ne fait qu’augmenter les risques de maladies importantes


ce qui n’est pas sans danger dans cette période où déjà les hôpitaux sont surchargés avec les patients atteints de la Covid et que chaque patient supplémentaires admis en réanimation est un problème de plus à gérer

https://derattack.com/deratisation-prise-de-rdv/

LES HABITANTS ENVAHIS PAR LES RATS EXCÉDÉS

LES HABITANTS ENVAHIS PAR LES RATS EXCÉDÉS

Au Havre, des bâtiments “envahis” par les rats depuis trois mois : des habitants excédés


Depuis plus de trois mois,les habitants envahis par les rats excédés par des rats qui occupent les zones d’herbes autour de certains immeubles de la Mare rouge, au Havre. le bailleur Alcéane pointe les jets d’ordures des habitants.

Les rats ont envahi le quartier de la Mare rouge, au Havre, à cause des détritus sauvages.
Les rats ont envahi le quartier de la Mare rouge, au Havre, à cause des détritus sauvages. (©Adobe Stock)

Par Victor Massias Publié le 

« On est envahis par les rats. Ils font des trous dans l’herbe et il y en a un qui a sauté sur le pied d’une dame l’autre jour. » Angelina, habitante de la Mare rouge, au Havre, a même interdit à ses enfants d’aller jouer dehors, « parce que j’ai peur ».

Les habitants fabriquent leurs pièges

Depuis au moins trois mois, selon elle, les rongeurs se sont accaparés les zones d’herbes situées au 409, 411 et 419,avenue du Bois-au-coq, près du marché de la Mare rouge. « On a contacté Alcéane, mais ils s’en fichent, s’insurge-t-elle. À part mettre des boîtes noires (boîtes de raticides)… Du coup, ce sont les habitants des immeubles qui sont obligés de faire eux-mêmes leurs propres pièges pour attraper les rats. Si on fait appel à un dératiseur nous-mêmes, c’est à notre charge, donc on ne l’a pas fait. »


« Pas mal de jets de détritus »

« Nous avons tout un process de traitement des rongeurs, c’est assez normé, on ne fait pas ce qu’on veut, se défend David Carpentier, directeur du service technique à Alcéane. J’ai constaté qu’il y avait pas mal de jets de détritus. L’été, on a une résurgence de la vermine parce qu’il y a plus de nourriture disponible à l’extérieur. »

Ainsi, les trois agents du bailleur social employés à temps plein sur cette activité rappellent le supplice de ce pauvre Sisyphe : ils ont beau reboucher des trous, tant que des ordures (comestibles ou non), sont jetées sur la pelouse, les rats reviendront et en creuseront de nouveaux. « C’est un sujet très complexe, poursuit David Carpentier. Pour l’instant, on essaie de s’assurer qu’ils ne rentrent pas dans les bâtiments. »

source  

https://derattack.com/deratisation-prise-de-rdv/

VIRUS VARIANT MUTATION

VIRUS VARIANT MUTATION

Le Cauchemar De L’été

Virus, variants : ces mots   dans notre quotidien  l’épidémie de Covid-19.   ne sont pas toujours faciles à comprendre. Sciences et Avenir vous explique le processus de mutation d’un virus et l’apparition de variants.

ADN / ARN : le matériel génétique

les êtres vivants, les virus sont dotés d’un matériel génétique (ADN ou ARN  présent dans le noyau de quasiment toutes les cellules, ainsi que des virus.

Cette molécule est  à la reproduction des êtres vivants.
l’ADN permet la synthèse de protéines via l’ARN messager.
qui copie et délivre le message génétique de l’ADN hors du noyau de la cellule pour permettre la création de protéines, indispensables au fonctionnement de nos cellules.

Mutations

Lorsque le virus se réplique, il peut être sujet à mutations.
un échange de matériel génétique entre plusieurs virus que l’on qualifie de recombinaisons donna naissance à un variant porteur d’une ou plusieurs nouvelles mutations du virus initial.

La mutation : indispensable à la survie du virus

Vaccin,
Moderna a annoncé jeudi son intention d’investir dans ses chaînes de fabrication

Les virus se multipliant génèrent des mutations dans un laps de temps court
les virus à ARN, comme le coronavirus, ont plus tendance à muter plus :  lorsqu’ils se multiplient le processus génère des erreurs.
Le SARS-CoV-2, du Covid-19, est plutôt stable car une enzyme  corrige ces erreurs
Ainsi il a tendance à muter plus lentement que le VIH ou les virus grippaux par exemple.

Ces virus dépendent des mutations qui vont permettre aux microbes de s’adapter aux différents hôtes qu’ils infectent. C’est le principe même de la sélection naturelle, c’est-à-dire que l’organisme le mieux adapté sera le plus à même de survivre.

sélection naturelle

Certaines mutations peuvent se répliquer plus rapidement, et attaquer l’organisme et d’infecter de nouveaux organes (par exemple en infectant les poumons et pas seulement les voies aériennes supérieures).
Le SARS-CoV-2 appartient à la famille des coronavirus de la famille des protéines Spike qu’il arbore et comme une couronne : via ces protéines Skipe il réussit à infecter l’être humain face  aux récepteurs sur nos cellules.

Des  mutations sont souvent nécessaires pour que le virus s’adapte à son nouvel hôte, cela lui permet d’atteindre une pleine capacité d’infection et qu’il se diffuse plus facilement d’un être humain à un autre.

vaccin

l’efficacité d’un vaccin :si la souche pour laquelle il a été préparé a évolué entre-temps elle peut également entraîner des changements dans les caractéristiques d’un virus, comme la transmission se propager plus facilement  provoquer une forme plus grave de la maladie
“plus il y a de virus qui circulent, plus ils peuvent changer”, les mutations sont difficiles à anticiper tout comme les variants qui en résultent.

https://derattack.com/deratisation-prise-de-rdv/

 

source

Plans Anti Punaise

Plans Anti Punaise

“Bonne nuit. Dors bien”

“Bonne nuit. Dors bien. Ne laissez pas les punaises de lit te mordre. »

Mais que faire si vous ne pouvez pas?

Dans les années 1950, les punaises de lit (Cimex lectularius) ont été éradiquées.Mais en raison du récent mélange d’augmentation des voyages, du manque de connaissances et de la résistance aux pesticides, c’est fini

ces petits ravageurs ont réapparu dans les maisons partout. Qui sont-ils exactement et comment se débarrasser de ces ravageurs suceurs de sang sans payer un bras et une jambe pour le traitement thermique des punaises de lit ?

se débarrasser des cafards avec precautions
se débarrasser avec precaution

Voici un bref aperçu de ce qu’ils sont, comment nous les trouvons et des meilleures façons de traiter notre maison et notre peau. Que sont les punaises de lit? La punaise de lit commune est un minuscule ravageur qui commence par un petit œuf de couleur blanc perle, à peu près de la taille d’une tête d’épingle. Il devient alors une nymphe translucide, ou jeune punaise de lit, malheureusement presque invisible à l’œil nu. Finalement, il devient plus gros et atteint la taille d’une graine de pomme, environ 5 à 7 mm. Il a un corps long, brun, plat ou rond, selon la date à laquelle il s’est nourri. Ces ravageurs sans ailes sortent de leur cachette la nuit et se nourrissent du sang des personnes ou des animaux, qui dure environ quatre à douze minutes, laissant la majorité de leurs victimes des démangeaisons. Ce repas les soutiendra pendant cinq à dix jours, mais peut survivre des mois sans se nourrir et peut atteindre une durée de vie allant de quatre mois à un an. L’une des seules choses positives à propos des punaises de lit est qu’elles ne se propagent ni ne transmettent aucune maladie. Comment trouvez-vous les punaises de lit? Il est extrêmement important de toujours être à l’affût des punaises de lit, car plus tôt vous les identifiez et les détectez correctement, plus vite vous pouvez les empêcher de se propager et d’infester d’autres zones de la maison. Bien que certains puissent penser que l’un des moyens évidents d’identifier les punaises de lit est de voir des piqûres sur la peau, ce n’est pas le meilleur protocole.

Certaines piqûres peuvent ne pas apparaître avant 14 jours

Certaines piqûres peuvent ne pas apparaître avant 14 jours, ce qui permet à ces ravageurs de continuer à se propager complètement inaperçus, ou il peut s’agir de piqûres d’autres insectes. Un moyen facile de voir les punaises de lit est d’être à l’affût de petites taches rouillées ou rougeâtres sur les draps ou le matelas. Ce seraient des punaises de lit écrasées ou des excréments. On peut également voir de petites peaux jaunes qui seraient les exosquelettes des jeunes punaises de lit après la mue. Une fois que vous avez fait une enquête approfondie et la découverte des punaises de lit dans la maison, il est essentiel de trouver où elles vivent. Parce qu’ils aiment se cacher, cela peut prendre un certain temps pour trouver leur emplacement.

Des marques en forme de zigzag

Regardez dans les fissures dans les cadres, les crevasses, les tables de bureau ou les sommiers à ressorts. Ils sont connus pour vivre à moins de huit pieds de l’endroit où les gens dorment. Réactions de santé et traitements aux piqûres Souvent, après qu’une punaise de lit se soit nourrie, des marques en forme de zigzag peuvent apparaître. Si vous êtes l’un des malchanceux et que vous trouvez des piqûres de lit sur votre peau, assurez-vous de résister à l’envie de les gratter, car cela pourrait éventuellement entraîner des infections. Lavez les piqûres de punaises de lit sur votre peau avec du savon tiède et de l’eau pour réduire les démangeaisons et prévenir les infections.

Corticoïdes en crème : indications, effets secondaires

S’ils continuent à démanger gravement, appliquez une crème corticostéroïde qui devrait être disponible dans votre pharmacie locale. Si vous avez besoin d’un corticostéroïde plus puissant, une prescription peut être nécessaire. Habituellement, les piqûres disparaissent en quelques semaines, mais si vous avez du mal à respirer, votre langue gonfle ou il y a d’autres signes

CORONAVIRUS-LES RATS REMONTENT À LA SURFACE

deratpro.com

CORONAVIRUS-LES RATS REMONTENT À LA SURFACE

les Hommes modifient leurs comportements quotidiens,les rats aussi


Aux quatre coins du monde, les Hommes apprennent à modifier leurs comportements quotidiens, dans un souci d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus. Notre absence semble avoir des répercussions sur l’écosystème urbain. On compte parmi les changements flagrants la résurgence des rats. Leur quête désespérée de nourriture les pousse à envahir les rues en plein jour et à s’introduire dans les habitations.

un effet secondaire du Covid

Dans le Vieux carré français de la Nouvelle-Orléans, les touristes – et leurs déchets – ont fait leurs valises. Affamés, les rats s’aventurent dans les rues au grand jour. À Seattle, les rats sont aux prises avec leurs congénères dans les parcs publics en cours d’après-midi. « lls ne cherchent même pas à s’enfuir »  « Ils se pavanent entre les copeaux de bois. On dirait des lycéens qui jouent dans une comédie musicale. »

Ceux qui n’ont jamais eu affaire à des rats doivent désormais faire face à ces visiteurs importuns qui s’invitent dans leurs domiciles. Charles et Annet stockent des légumes-racines, des choux et des pommes dans leur cave depuis 1995. Ils vivent à Stuttgart en Allemagne où les restaurants sont fermés depuis le 22 mars. De même, les habitants sortent peu souvent de chez eux.

Il y a quelques jours, Annet remarque pour la première fois que certaines pommes de terre semblent avoir été rongées. « Ils n’ont touché ni aux pommes ni aux choux ni aux carottes. Ils s’en sont uniquement pris aux pommes de terre », dit Annette. « Je ne pensais pas que cela était possible. »

malins comme des singes!

Il va sans dire que des histoires comme celles-ci se déroulent dans le monde entier, souligne Robert Corrigan, célèbre rodentologue urbain qui met son expertise au service des villes du monde entier en sa qualité de consultant indépendant. Selon lui, lorsque des colonies de rats se retrouvent sans leurs sources habituelles de nourriture –  déchets et poubelles dans les parcs ou bennes à ordures derrière les restaurants – ils iront même jusqu’à se disputer la dernière miette. L’instinct de survie de certains rats les pousse parfois à dévorer leurs propres congénères. D’autres encore se jetteront dans la gueule du loup à la recherche de nouvelles sources d’alimentation.

Avant la pandémie du coronavirus, on voit des rats pulluler autour d’une poubelle au sud de Manhattan. ...
Des rats s’échappent par un trou sur le trottoir de Pearl Street dans la ville de New York. Photographie de Charlie Hamilton James, Nat Geo Image Collection

Avant la pandémie du coronavirus, on voit des rats pulluler autour d’une poubelle au sud de Manhattan. En temps normal, les New-Yorkais des quartiers nord et centre déposent suffisamment d’ordures dans les rues pour que les rats puissent vivre à moins de cinquante mètres de leur lieu de naissance. Avec le confinement, il est fort probable que les rongeurs s’introduisent dans les maisons à la recherche de nourriture.

Photographie de Charlie Hamilton James, Nat Geo Image Collection

Un hôte indésirable

Si les arômes de vos plats parviennent jusqu’aux rats affamés, ils risquent de se faufiler chez vous. « Leur nez leur servira de radar, et s’ils peuvent se glisser sous la porte, ils le feront », insiste Corrigan.

Une fois à l’intérieur, le rat aura l’audace nécessaire pour se procurer des aliments. « C’est un animal sauvage. Il remuera ciel et terre pour se nourrir », prévient Corrigan. « Si un bébé boit son biberon de lait dans son lit, il suivra cette odeur. Il peut ronger les fils électriques ; il peut même transmettre ses propres virus. C’est dangereux d’avoir un rat chez soi. »

Les rats peuvent eux-mêmes être porteurs de maladies. Aucune donnée ne met en évidence leur capacité à être infectés par le SARS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID-19. Cependant, Corrigan craint qu’ils soient aptes à déplacer le virus en se glissant dans des conduits d’égout pleins de matières fécales et de les disperser partout en errant dans les maisons. « Si nous pouvons transmettre le virus à travers un simple contact du bout des doigts, il semble évident que les rats peuvent le faire au moyen de leurs pattes, leur pelage ou leurs queues », renchérit Corrigan.

Adopter les bons gestes d’hygiène

Quoi qu’il en soit, voici venu pour vous le moment d’adopter des gestes barrières dans votre maison, tout comme nous avons redoublé de zèle pour le lavage de mains. Les poubelles extérieures doivent être munies de couvercles hermétiques. Les fissures sous les portes et autres ouvertures vers l’extérieur doivent être comblées. Il faut savoir que les rats sont capables de se faufiler sous une porte à moins d’un centimètre et demi du sol alors que les souris n’ont besoin que de la moitié de cet espace pour s’y glisser, indique Corrigan.

Si les rats ou les souris réussissent à pénétrer dans vos maisons, rassurez-vous, la lutte parasitaire est considérée comme un « service de première nécessité ». Les activités se poursuivent donc normalement, dit Jim Fredericks, entomologiste à la National Pest Management Association. « On a tendance à penser que la lutte parasitaire est un luxe ou que les parasites ne représentent qu’une simple nuisance. Cependant, plusieurs animaux constituent une véritable menace à la santé publique, à notre approvisionnement alimentaire mais aussi à nos propriétés », explique Fredericks.

Faire appel à un professionnel

Le risque que posent les rongeurs est suffisamment important pour permettre à un spécialiste de la lutte antiparasitaire de venir chez vous. Lorsque vous appelez pour prendre rendez-vous, renseignez-vous auprès de l’entreprise sur les mesures prises pour minimiser les risques de transmission du coronavirus. « Normalement, les entreprises spécialisées dans la lutte antiparasitaire ont ajusté leurs mesures de sécurité à cette nouvelle donne », signale Fredericks. « Des membres du réseau proposent même une formation supplémentaire en matière de maintien des distances de sécurité, de désinfection et de lavage de mains. »

Si les rongeurs ont suffisamment faim pour explorer de nouveaux endroits à la recherche de nourriture, ils sont sans doute plus enclins à tomber dans les pièges-appâts. Il ne faut pas oublier que certaines méthodes sont plus douloureuses que d’autres. Les pièges à poison ou à colle tuent lentement et causent donc plus de souffrance alors que les tapettes tuent sur-le-champ. Il y a aussi les pièges à capture vivante qui permettent de relâcher les rongeurs dans la nature.

Différents types de rats occupent les différentes niches écologiques à travers la ville. Les rats des parcs risquent d’être particulièrement touchés vu que les poubelles sont vides et les pique-niques suspendus. Ces rats, obligés de se nourrir en plein air, peuvent devenir des proies faciles pour les faucons, les hiboux, les coyotes et les ratons laveurs.

Tant que nous resterons confinés chez nous, les prédateurs pourraient s’imposer comme rois de la jungle urbaine, du moins sur le court terme, en se remplissant la panse et en errant joyeusement dans ces rues où plus rien ne bouge.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.