a quoi ressemble l urine de rongeur

03/26/2024

Comment reconnaître une crotte de rat ?

Les rats 🐀 et leurs déjections, toute une histoire ! Surtout pour le grand public qui n’est pas forcément habitué à en voir. Elle est donc souvent difficile à identifier.

Beaucoup de personnes confondent d’ailleurs les crottes de souris avec celles des rats. Pourtant, savoir reconnaître une crotte de rat est très simple et rapide. Et utile !

Étant expert contre les nuisibles depuis plus de 10 ans, je vous prie de croire que, des crottes de rat, j’en ai vu des milliers ! 😅 Grâce à cet article de blog, vous aurez le fin mot de cette histoire, et vous serez enfin clairement fixé.

Alors ? La crotte que vous voyez est-elle ou non une crotte de rat ? 🤔

Dans cet article :

  • Les 3 caractéristiques d’identification d’une crotte de rat
  • Pourquoi les crottes de rat sont-elles regroupées à un endroit précis ?
  • Où peut-on trouver les crottes de rat ?
  • Comment ne pas confondre crotte de rat et crotte de souris ?
  • Les crottes de rat représentent-elles un risque pour la santé ?
  • Comment nettoyer les crottes de rat ?
  • Comment mettre un terme à la présence de rats ?
  • Les 3 caractéristiques d’identification d’une crotte de rat
Crotte de rat au sol, au milieu de grains de maïs
Une crotte de rat à côté de grains de mais !

Même si, parfois, on ne peut apercevoir directement les rats, ceux-ci nous laissent des indices de leur présence 🕵️, des traces. Les crottes de rats font partie de ces indices. C’est une preuve irréfutable de la présence de rats.

Pour identifier ces crottes et ne pas se tromper avec une autre espèce, voici les caractéristiques à vérifier :

➡️ Couleur : noire, voir brune (marron).

➡️ Taille : entre 1 à 2 cm, selon la taille du rat (enfant ou adulte, petit prédateur ou gros prédateur).

➡️ Forme & aspect : en forme d’ogive, les crottes de rat sont allongées avec une pointe sur l’une des extrémités.

À noter que les crottes de rats sèchent relativement vite (entre 3 à 4 jours) au contact de l’air ambiant. Si vous apercevez des excréments qui paraissent frais, alors c’est que le rat est passé par là, il y a très peu de temps. ⏱️

Pourquoi les crottes de rat sont-elles regroupées à un endroit précis ?

Regroupement de crottes de rat, comparé à la taille d'une main gantée
Les crottes de rat sont généralement regroupées dans un endroit précis !

Le rat aime ordonner les choses. Tout comme les humains, les rats associent une fonction à chaque lieu qu’ils fréquentent.

Le rat a un endroit pour :

  • stocker sa nourriture,
  • un endroit où dormir,
  • un lieu servant de nid pour mettre les petits à l’abri
  • et, aussi surprenant que cela puisse paraitre : des toilettes 🚽

C’est pour cette dernière raison que l’on peut constater généralement que la majorité des crottes de rats sont regroupées dans un endroit précis. Le rongeur considère ce lieu comme ses toilettes.

Le rat reviendra donc sur ces lieux très fréquemment pour y “faire caca”. Il est donc intéressant de piéger cet endroit ! 😉

Où peut-on trouver les crottes de rat ?

En théorie, partout !

Vous pouvez trouver des excréments de rats dans :

  • La cuisine
  • Le salon
  • Le garage
  • Les combles
  • Les chambres
  • La cave

Comme nous l’avons vu plus haut, il y a toujours un endroit plus touché que les autres !

🙋‍♂️ LE SAVIEZ-VOUS ? Un rat adulte peut déféquer environ 50 crottes par jour. 😮

Comment ne pas confondre crotte de rat et crotte de souris ?

difference-taille-crotte-rat-souris
La différence est flagrante, une crotte de rat est 2 fois plus imposante qu’une souris !

Pour ne pas les confondre, c’est très simple. Un indicateur ne trompe pas : la taille ! 📐

En effet, la souris étant plus petite que le rat (10 cm maximum contre 20 cm maximum pour le rat), ses excréments sont donc plus petits. Compter en moyenne 4 à 5 mm pour une crotte de souris contre 1 cm pour le rat.

Concernant la forme des excréments, ceux-ci sont similaires. C’est vraiment la différence de taille qui permet de les différencier. En comparaison, des excréments de souris ressemblent à des grains de riz 🍚. Pour le rat, cela ressemble plus à des fèves 🫘.

Cause

La leptospirose est causée par des bactéries pathogènes telle que l’espèce Leptospira interrogans. Celle-ci se maintient assez facilement dans le milieu extérieur (eau douce, sols boueux), ce qui favorise la contamination.

Symptômes

L’incubation dure en moyenne de 4 à 14 jours. De nombreuses formes cliniques, allant du syndrome grippal à l’atteinte multiviscérale avec syndrome hémorragique sont décrites. Dans la forme modérée, la maladie débute par une fièvre élevée avec frissons, maux de tête, douleurs musculaires et douleurs articulaires diffuses. Elle peut cependant évoluer vers une atteinte rénale, hépatique, méningée ou pulmonaire. Dans 20% des cas, elle se complique d’un syndrome hémorragique. Aucun signe n’est vraiment spécifique mais l’existence d’un ictère conjonctival et de myalgies est particulièrement évocatrice. Les formes graves (ictéro-hémorragique ou maladie de Weil) associent insuffisance rénale aiguë, atteinte neurologique (convulsions, coma) et des hémorragies plus ou moins sévères (pulmonaire, digestive). La convalescence est longue, mais généralement sans séquelles. Des complications oculaires (uvéite, kératite) tardives peuvent survenir.

Le diagnostic biologique peut être confirmé par amplification du génome de la bactérie lors de la première semaine de maladie suivant l’apparition de la fièvre, et/ou par sérologie (recherche d’anticorps) à partir de la deuxième semaine de maladie.

Épidémiologie

C’est une maladie de répartition mondiale, à dominante tropicale. En France métropolitaine,  elle touche environ 600 personnes chaque année, soit une incidence annuelle de 0,4 à 1/100 000 habitants. L’incidence est de 50 ou 100 fois plus élevée dans les régions tropicales, comme les collectivités d’Outre-mer françaises ou de nombreux pays d’Amérique Latine et d’Asie du Sud-Est. On estime à plus d’un million le nombre de cas sévères de leptospirose par an dans le monde avec un taux de mortalité supérieur à 10 %.  La saisonnalité de la maladie est très marquée, avec une recrudescence lors de la saison des pluies dans les régions tropicales ou pendant la période estivo-automnale dans les pays tempérés (baignade en eau douce).

Certaines professions (agriculteurs, éleveurs, égoutiers, éboueurs…) et les personnes pratiquant des loisirs nautiques (baignade, canoé, kayak, pêche, chasse, canyonning…) sont particulièrement à risque. Chez l’homme, la bactérie pénètre principalement par la peau lésée ou les muqueuses. Le réservoir animal est très diversifié, et outre les rongeurs et les insectivores, il comprend des animaux d’élevage comme les bovins, les chevaux ou les porcs, dont l’infection est fréquente et entraîne des pertes économiques importantes, et des animaux de compagnie comme les chiens. Tous ces animaux disséminent des leptospires par voie urinaire. Les troupeaux infectés s’auto-contaminent à partir de quelques individus porteurs. L’épidémiologie varie d’une zone géographique à l’autre selon l’écosystème et les conditions de vie des habitants.

Traitement et prévention

Le traitement des formes graves nécessite une hospitalisation. Il repose sur la réanimation médicale et l’administration d’antibiotiques (amoxicilline, céphalosporine et cyclines) le plus tôt possible, ce qui diminue le risque de complication, raccourcit l’évolution, atténue la symptomatologie, et diminue la durée du portage rénal. Pour la prévention, les mesures de lutte collective basées sur la dératisation, le contrôle des effluents des élevages industriels, le drainage des zones inondées seraient efficaces mais difficiles à mettre en œuvre. Un vaccin humain, monovalent, est proposé en France uniquement aux travailleurs très exposés (égoutiers, éboueurs). Les protections individuelles (gants, lunettes, bottes) sont conseillées lors des activités à risque. Un vaccin multivalent pour les chiens est très largement utilisé en France.

1. Les risques pour votre santé

Les maladies véhiculées par les souris

Elles sont connues pour être vectrices de maladies et de bactéries qui sont pour la plupart transmissibles à l’homme. On trouve notamment les maladies suivantes :

  • Leptospirose, aussi appelé maladie de Weil — maladie qui provoque de la fièvre et un jaunissement de la peau
  • Salmonellose — bactérie qui provoque une intoxication alimentaire
  • Hanta virus — maladie pulmonaire

Les modes de transmission

En pratique, elles peuvent transmettre ces maladies à l’Homme et aux animaux à travers :

  • leur crotte. Elles laissent derrière elles entre 50 et 80 crottes par nuit, principalement autour de l’endroit où elles vivent (cf. notre page dédiée les souris : tout ce que vous devez savoir).
  • leur urine. Elles utilisent leur urine comme un moyen de se localiser et pour marquer leur territoire. Elles vont détecter, grâce à leur odorat développé, l’urine laissée par une autre souris et elles n’auront plus qu’à suivre le chemin tracé pour se rendre au niveau de la nourriture.
  • leur salive.