PartagezSommaireLe retour des beaux jours rime aussi avec le retour des tiquesMaladie de Lyme : les régions les plus dangereuses Le retour des beaux jours rime aussi avec le retour des tiques nous avons déjà consacré plusieurs articles concernant le danger que représentait les tiques et notamment la maladie de Lyme qui est certes une […]
Partagez

Maladie de Lyme : les régions les plus dangereuses

Le retour des beaux jours rime aussi avec le retour des tiques

nous avons déjà consacré plusieurs articles concernant le danger que représentait les tiques et notamment la maladie de Lyme qui est certes une maladie dangereuse mais non mortelle surtout si elle est traitée attends il est important de bien comprendre le processus c’est surtout grâce à ce classement des régions le faire attention avec le retour de beaux jours de ne pas considérer qu’une simple piqûre de tique avec une piqûre de moustique comme une autre

Parmi les régions les plus touchées, la région Bourgogne-Franche-Comté figure en première position.

Le retour des beaux jours rime aussi avec le retour des tiques, mais toutes les régions de France ne sont pas exposées de la même façon.
A partir des 50.133 cas enregistrés en 2019 par le programme de recherche participative CiTIQUE, il est aujourd’hui possible de dresser une carte des régions les plus infestées.

Parmi les régions les plus touchées, la région Bourgogne-Franche-Comté figure en première position, avec 43% des tiques analysées porteuses d’un agent pathogène, dont la bactérie «Borrelia bugdorferi sensu lato», responsable de la maladie de Lyme.

Derrière arrivent les régions Auvergne-Rhône-Alpes (37%), Provence-Alpes-Côte d’Azur, PACA (36%), Grand Est (35%), Hauts-de-France (32%), Nouvelle-Aquitaine (32%), et Ile-de-France (33%).

Ce sont les régions de la façade ouest qui seraient les moins touchées par ce phénomène : Centre-Val de Loire (27%), Bretagne (18%), Normandie (21%), Pays de la Loire (19%).

La transmission de la maladie de Lyme à l’homme se fait en effet par piqûre de tique.

Pour mener à bien cette étude, l’Inrae (l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) demande aux personnes piquées de le signaler via son site et/ou application anti-tiques

source cnews.fr

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Notez cet article !

Moyenne 0 / 5. Nb de votes: 0

Aucun vote pour le moment, soyez le 1er !


Partagez
Article précédent

PLUS DE MOUCHE LA MAISON !

Article suivant

Sous le pont Neuf de Paris, les rats