les risque d attraper des punaise de lit pendent le jo 2024

les risque d attraper des punaise de lit pendent le jo 2024.

JO 2024. Entre ironie et inquiétude, la presse étrangère s’alarme des punaises de lit

Une semaine après le début du grand raout médiatique, l’inquiétude sur la présence des punaises de lit à Paris a dépassé les frontières de la France. La presse étrangère se révèle attentive à l’évolution de la situation, alors que 15 millions de touristes sont attendus dans la capitale pour les Jeux olympiques 2024.

Quelques mois avant les Jeux olympiques de Paris, les hôteliers sollicitent déjà les entreprises de désinsectisation contre les punaises de lit pour renforcer les passages préventifs.

À l’approche des Jeux olympiques de 2024 et d’une forte fréquentation, les professionnels du secteur de l’hôtellerie redoublent de vigilance face au risque de punaises de lit à Paris.

Un voire deux passages supplémentaires

“On constate que les hôteliers ont bien prévu les JO car ils ont demandé plus de passage préventif”, détaille Sébastien Pizzocaro, président du syndicat des experts de détection canine des punaises de lit.

Des passages préventifs, “il y en avait, selon les hôtels, entre deux et jusqu’à cinq et ils en ont rajouté un voire deux passages supplémentaires”.

Des interventions parfois commandées six mois à l’avance par certains établissements parisiens. “C’est quelque chose qui est vraiment nouveau pour nous”, détaille Alexandre Woog, président et directeur général de la société Eradiq.

D’ordinaire, le traitement des punaises de lit ou dans les nuisibles se fait dans l’urgence. “Les gens nous appellent quand ils ont un problème à l’instant T”, rappelle Alexandre Woog.

“Des centaines voire des milliers d’euros perdus”

Ces mesures préventives sont nécessaires pour les professionnels de l’hôtellerie qui s’attendent à une forte fréquentation avec l’organisation de l’événement sportif international.

“Une chambre qui est stoppée, car elle a des punaises de lit, c’est tout de suite des centaines voire des milliers d’euros perdus”, rappelle Alexandre Woog.

La propagation des punaises de lit avait créé la panique sur les réseaux sociaux à un an des Jeux olympiques. Depuis, certains hôteliers ont renforcé leur personnel de nettoyage.

“Dans les hôtels nous sommes très prévoyants par rapport à ces phénomènes de punaise de lit, rapporte Frank Delvau, le président de l’UMIH d’Île-de-France. Il y a un personnel qui est formé pour pouvoir les repérer.”

Dans les hôtels, les chambres sont faites tous les jours “ce qui permet donc de contrôler de façon visuelle”, précise-t-il. Pendant la période des Jeux, près de 16 millions de personnes sont attendues en région parisienne.

Punaises de lit : France “infestée”, JO 2024 “en danger”… Comment la crainte d’une propagation se répand dans la presse étrangère

De nombreux articles ont été publiés, particulièrement dans la presse anglo-saxonne, sur les risques liés à ces insectes qui suscitent l’émoi en France, quitte à en exagérer la portée.Il ne s’attendait sans doute pas à ce que sa phrase obtienne une telle renommée internationale. En déclarant vendredi 29 septembre au micro de LCI que “personne [n’était] à l’abri” des punaises de lit, le premier adjoint à la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire, a fait les gros titres de plusieurs médias étrangers. “No one is safe”, titrent ainsi CNNMetro  ou The Mirror, traduisant la mise en garde de l’élu parisien. Dans la presse internationale, la France est désormais décrite comme “infestée” par ces nuisibles. De quoi faire monter l’inquiétude dans le monde sur les risques liés au tourisme et transformer ces minuscules insectes en menace pour les Jeux olympiques de Paris 2024.

Vous avez lu en premier sur Derattack:  BIEN NETTOYER VOS MATELAS

>> Punaises de lit : plus d’un foyer sur dix a été récemment infecté en France, selon l’Anses

“Paris grouille de punaises de lit”, s’alarme ainsi Forbes. Paris, “ville Lumière ou ville des morsures ?”, s’interroge de son côté The New York Times“En France, les gens ne dormiront peut-être plus jamais bien, alors qu’une vague de punaises de lit continue de piquer”, affirme le quotidien britannique Metro. Si les médias anglo-saxons sont très nombreux à alerter sur la présence de punaises de lit en France, quitte à en exagérer la prolifération, nos autres voisins européens commencent également à s’inquiéter.

“La France souffre depuis des semaines d’une infestation de punaises de lit et le problème est devenu un casse-tête pour les autorités françaises”, écrit le média espagnol El Confidencial“Ce que vit Paris est une véritable urgence : il ne s’agit pas de terrorisme, de troubles publics ou d’événements climatiques extrêmes. Le problème est bien moindre, mais tout aussi insidieux et porte un nom : ‘punaises de lit’ [en français dans le texte], alerte même la télévision italienne Rai News.

“Les fashionistas ne sont pas à l’abri”

Au-delà des conséquences pour les Français, de nombreux médias étrangers s’intéressent au sort des touristes qui pourraient bien être affectés par ces punaises de lit… voire en ramener dans leur pays d’origine. CBS News donne ainsi à ses lecteurs américains ses “conseils d’experts sur la façon de vous protéger en voyage”. Forbes informe également ses lecteurs de “comment les repérer, et éviter de les ramener à la maison lors de votre prochain voyage”.

>> Punaises de lit : onze conseils pour se protéger (et pour vous en débarrasser)

Un événement français aux résonances mondiales est déjà au cœur de toutes les attentions : la Fashion Week de Paris, qui s’est tenue entre fin septembre et début octobre. “Une épidémie ‘généralisée’ de punaises de lit envahit Paris pendant la Fashion Week”, alerte le magazine Time, en reprenant de nouveau une expression du premier adjoint de la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire. “Alors que Paris finit d’accueillir la Fashion Week, ce ne sont pas Balenciaga, Dior et Chanel qui volent la vedette. La nouvelle tendance la plus importante qui pourrait surgir aux Etats-Unis est en fait inattendue : les punaises de lit”, grince Newsweek.

“Les fashionistas ne sont pas à l’abri”, alerte The New York Times, dans un article au titre évocateur : “Les meilleurs plans de la Fashion week à Paris ? Eviter les punaises de lit”. Personne n’est épargné, selon la journaliste du célèbre quotidien américain. “Les punaises de lit sont tout aussi susceptibles de s’installer dans une veste en tweed Chanel que dans une imitation de Zara.” “Les fashionistas doivent être bien conscientes que même les salons de l’avenue Montaigne ou les podiums de Chanel ou de Dior ne sont guère à l’abri de ces bestioles suceuses de sang”, renchérit David A. Andelman dans un billet publié par CNN.

Vous avez lu en premier sur Derattack:  Comment les rats survivent-ils en hiver ?

“Les Jeux olympiques sont-ils en danger ?”

Au-delà de la situation actuelle, de très nombreux médias étrangers s’inquiètent tout particulièrement de l’impact des punaises de lit sur les Jeux olympiques de Paris 2024. La Vanguardia  et USA Today tiennent le décompte en rappelant que l’ouverture des JO est prévue dans seulement “dix mois”. “La panique des punaises de lit envahit Paris alors que les infestations montent en flèche avant les Jeux olympiques de 2024”, alerte la BBC.

“Moins d’un an avant que des millions de personnes ne soient attendues à Paris pour les Jeux olympiques, une vague de rapports faisant état d’infestations de punaises de lit a mis les autorités françaises sous pression”, explique également The New York Times. Une question revient en une de plusieurs médias étrangers, dont Il Tempo en Italie : “Les Jeux olympiques sont-ils en danger ?

psychose sur les punaises de lits, c’est du pain bénit pour les propagandistes russes, explique Samira El Gadir sur le plateau du 20H de TF1. Ils s’en servent pour détourner le logo de Paris 2024, représenté alternativement par une punaise ou un rat. Ils font même croire à l’apparition épidémie de gale. Les réseaux russes se plaisent aussi à ironiser sur Anne Hidalgo, présentée comme “la maire qui nagera avec les insectes“, depuis sa réaffirmation qu’elle se baignerait dans la Seine juste avant les Jeux.

a couverture médiatique bien réelle sur l’invasion des punaises à de lits, à partir de septembre 2023, a aussi été “artificiellement amplifiée” sur les réseaux sociaux, mettait en garde ce vendredi le ministre français délégué à l’Europe. Jean-Noël Barrot relevait d’ailleurs un “faux lien” établi entre la prolifération de punaises et l’arrivée en France de réfugiés ukrainiens.

C’est le fait de manipulations russes très sophistiquées, confirme Samira El Gadir, après une enquête des Vérificateurs de TF1info. Par exemple, avec de faux articles imitant les habillages de journaux français, qui font un lien direct entre la propagation des nuisibles et les sanctions occidentales contre la Russie.

Des contenus republiés toutes les 45 secondes

Ces “infox” inondent les réseaux sociaux, grâce à des comptes gérés par des robots. Certains contenus sont ainsi republiés mécaniquement toutes les 45 secondes. Cette stratégie est utilisée pour d’autres fake news, directement liées aux Jeux olympiques de Paris. La dernière en date est une vidéo d’une minute, rythmée par une musique angoissante, et qui alerte sur un “risque d’attentat” pendant la compétition. La publication fait état d’une lettre transmise par la CIA auprès des services français. Ceux-ci ont démenti l’existence d’un tel courrier auprès de TF1info, même si une telle éventualité est bien sûr prise au sérieux.