Allergie au moustique

Allergie au moustique

Allergie au moustique : les signes qui ne trompent pasLes signes d'une allergie aux piqûres de moustiques

Une zone rouge, chaude, gonflée, vous venez certainement de vous faire piquer par un moustique.
Allergie ou pas ? Le Dr Marc Perrussel, dermatologue, liste les signes caractéristiques répond à Johanna Amsellem

Tous (plus ou moins) allergiques aux piqûres

Mauvaise nouvelle : nous sommes tous allergiques (plus ou moins) aux piqûres de moustiques. En clair, dès que vous ressentez des démangeaisons, une sensation de chaleur… il s’agit déjà d’une réponse allergique.

“Personne ne supporte vraiment les piqûres de ces insectes. En effet quand le moustique pique, il aspire le sang et libère de l’histamine qui sert d’anticoagulant sur le point de piqûre” décrit le Dr Marc Perrussel, dermatologue et membre du Syndicat national des dermatologues.

L’effet de l’histamine se fait rapidement ressentir et les premières manifestations apparaissent au bout de 30 secondes. Bonne nouvelle toutefois, généralement les signes se dissipent après une dizaine de minutes.

Une rougeur et des démangeaisons

Les piqûres de moustiques entraînent une irrépressible envie de se gratter.

Pourquoi ça gratte ? “Les démangeaisons surviennent rapidement et le prurit reste très localisé au point de piqûre” explique le dermatologue. Une sensation urticante semble à la piqûre d’ortie.

Chez certaines personnes, la zone peut même atteindre plusieurs millimètres de haut. La réaction cesse spontanément, sans nécessiter d’intervention médicale après quelques minutes. A cette rougeur localisée s’associe généralement une sensation de chaleur. Ces signes sont la manifestation d’une réaction inflammatoire locale.

Une piqûre qui gonfle, une sensation de malaise : attention !

Selon la susceptibilité de chacun, un gonflement apparaît rapidement là où s’est produite la piqûre. Chez certaines personnes, elle peut atteindre le diamètre d’une pièce d’un euro. Dans de très rares cas, la piqûre peut également causer un choc anaphylactique. Le choc anaphylactique est une réaction allergique extrêmement violente à un allergène. La réaction allergique peut provoquer une insuffisance circulatoire, une chute de la tension artérielle, une accélération du rythme cardiaque, des troubles respiratoires et digestifs mettant en danger les organes vitaux.

Il est important de rester vigilant à l’évolution de la piqûre. Chez certaines personnes, la réaction peut être encore plus marquée avec de l’urticaire, un mal de tête et même un malaise. Dans cette situation, il est recommandé de consulter rapidement son médecin traitant. Les réactions allergiques très importantes restent rares. Après avoir désinfectée la plaie, une crème antihistaminique peut être appliquée sur la piqûre.

 

Ne pas gratter pour éviter la surinfection

Le risque avec les moustiques ce n’est pas tant la piqûre que les conséquences qui peuvent en découler. A force de se gratter, la surinfection est probable. En effet, la plaie constitue une porte d’entrée pour certaines bactéries comme le streptocoque.

“Quand la plaie s’infecte, il appartient donc au médecin de traiter l’infection” indique le Dr Perrussel. Et comme plus une personne se gratte et plus la sensation de démangeaison est importante, mieux vaut résister à la tentation.

En plus de la surinfection, il faut également faire attention à ne pas contracter une maladie véhiculée par le moustique. Paludisme, virus Zika, dengue, les possibilités sont nombreuses.

Premier réflexe à avoir : désinfecter la zone piquée pour limiter le risque.

Opter pour une protection maximale contre les moustiquesAlors, pour limiter le risque, le mieux reste encore de ne pas se faire piquer. C’est parfois plus facile à dire qu’à faire.”Pour éloigner les moustiques, optez pour une protection maximale. Videz les pots avec de l’eau stagnante et utilisez des répulsifs” conseille le dermatologue.

Citronnelle, géranium ou eucalyptus peuvent aussi être des alliés intéressants.

 

A lire aussi :

par Johanna Amselem paru  le 11/07/2018

Cet article est validé par Dr Marc Perrussel – Dermatologue, vénérologue & Certifié par les experts médicaux pour Medisite

Un cas de dengue détecté à Alfortville

un cas de dengue détecté à Alfortville -94

 


Le nombre de cas de dengue ont considérablement augmenté en deux années. [MANJUNATH KIRAN / AFP]

Dans la nuit de lundi à mardi, la commune d’Alfortville (Val-de-Marne) a lancé une opération de démoustication après qu’un cas de dengue a été détecté.

Suivez Derattack sur Facebook et Twitter

Selon les informations de France Bleu, l’habitant, qui aurait été infecté par un moustique tigre, revenait d’un séjour en Afrique. De ce fait, une société spécialisée a pulvérisé, pendant plus de trois heures, les rues du nord de la ville d’un insecticide, non-toxique, présent dans les anti-moustiques de prises électriques. Le but est ainsi de casser la chaîne de contamination.

Par mesure de précaution, deux squares de la commune ont été fermés. Il est également conseillé aux habitants de laisser reposer les fruits et légumes du jardin quelques jours avant de les manger, a annoncé la municipalité d’Alfortville sur ses réseaux sociaux.

 

Un nombre de cas en hausse

Selon l’Agence Régionale de Santé, le moustique tigre, qui porte en plus de la dengue les virus  Zika et Chikungunya, est présent dans chacun des départements franciliens, à l’exception du Val-d’Oise.

Les maladies les plus mortelles transmises par le moustique sont le paludisme et la fièvre jaune

L’ARS a recensé 420 cas de dengue en 2020, contre 286 l’année précédente. D’un point de vue local, 35 cas ont été confirmés en Ile-de-France depuis mai, provoquant un décès.

Pour rappel, la dengue est une maladie infectieuse transmise par la piqûre d’un moustique. Longtemps limitée à l’Asie du Sud-Est, elle s’est rapidement répandue à travers le monde.

Majoritairement bénigne, la dengue est caractérisée par l’apparition d’une forte fièvre, mais aussi de maux de tête, de douleurs musculaires et articulaires, ou encore d’une augmentation du volume des ganglions.

www.cnews.fr

4 PERSONNES DÉCÉDÉES DE FORMES SÉVÈRES DE DENGUE À LA RÉUNION

4 personnes décédées de formes sévères de dengue à la réunion

En 10 jours, 4 personnes, âgées de 30 à 45 ans, sont décédées de formes sévères de la dengue.

Vigilance maximale au 4ème jour des symptômes

plus d'infos :.inserm.fr/
plus d’infos :.inserm.fr/

Les autorités sanitaires appellent à une vigilance maximale au 4ème jour des symptômes.Tous les âges sont concernés.

la vigilance dengue a ete lancé la semaine dernière. Cette fois, les autorités alertent la population sur les formes sévères de la dengue.
en augmentation de 22% la semaine dernière à La Réunion. Des syndromes de choc de dengue et de myocardites, à savoir des atteintes du muscle cardiaque sont observés.

Trois décès et 1 686 nouveaux confirment une accélération de l’épidémie de dengue dans le département.

Une situation alarmante

La situation devient plus alarmante ces dernières semaines.ces 4 dernières années, les décès liés à la dengue survenaient chez des personnes âgées ou souffrant de comorbidité

Désormais tout le monde est concerné, selon le directeur de la veille et sécurité sanitaire à l’ARS de La Réunion.

Les derniers jours, 4 décès directement liés au virus ont ete enregistrés.Les formes sévères développées chez les personnes âgées sont connues ailleurs dans le monde. Deux autres patients ont développé des syndromes de choc de dengue et deux des myocardites.

Dengue grave: choc de dengue et myocardites

La forme sévère la plus fréquente, appelée dengue grave, est le choc de dengue. Le système vasculaire devient plus perméable, La tension artérielle baisse alors brutalement, pouvant engager le pronostic vital.
Dernièrement, ce type de forme sévère est en augmentation, tout comme les myocardites.

Atteinte du muscle du cœur

Une autre forme est une complications la plus grave de la maladie
entre le 3ème et le 8ème jour une forte diminution de la pression artérielle, agitation,pâleur et perte de conscience, pouvant engagér le pronostic vital. Le muscle du cœur peut s’arrêter et provoquer la mort.

Des signes digestifs ou une sensation de mal-être peuvent survenir
D’autres formes peuvent toucher le foie, le cerveau ou encore le cœur.
il n’y a pas d’âge pour les formes sévères. Elles peuvent toucher les nourrissons, les enfants et les adultes.

prendre rdv
attention aux moustiques

source francetvinfo.fr