Se débarrasser du nid d’abeilles

Se débarrasser du nid d’abeilles

par Derattack.com-Dératisation Paris
par Derattack.com-Dératisation Paris

Abeille ou Guêpe?

En étant chez vous, vous profitez du soleil dans votre jardin sur votre transat. Tout à coup, des cris perçant perturbent votre petite sieste. Vos enfants accourent, affalés. L’un d’eux se ramène avec une rougeur au bras, accompagnée d’une grosse bosse. Nul doute, c’est une piqûre d’insecte. Mais lequel ?

Identifier l’espèce dont il s’agit

Ils ont élu domicile sur un arbre de votre jardin. Les enfants ne sont plus en sécurité, ils ont été piqués et ils risquent encore une piqûre. Vous pensez à vous en débarrasser, mais il est nécessaire tout d’abord d’en identifier l’espèce. Il s’agit peut-être d’une abeille, d’une guêpe ou d’un frelon. Toutes ces espèces piquent et leurs piqûres sont dangereuses si la personne piquée en est allergique, alors il faut faire attention. De plus, attention à ne pas les confondre, tuer des abeilles est interdit par la loi française, étant donné que ce sont des espèces en voie de disparition.

Le plus facile pour les identifier serait que vous fassiez des recherches sur internet. Regardez les images d’abeille, de bourdon, de frelon et de guêpe. Observez aussi leur nid, comment ils ont été fabriqués, la matière utilisée, etc. vous allez faire une plus nette comparaison. Une image vaut plus que mille mots. Une fois rassuré, il ne vous restera plus qu’à vous y attaquer.

Les moyens pour s’en débarrasser correctement

Si vous avez affaire à un essaim d’abeilles, le mieux serait de contacter un apiculteur. Ici, il ne s’agit pas de les tuer, mais de les chasser. Eventuellement, l’apiculteur procèdera par un mode opératoire qui ne nuira pas aux abeilles. Il se chargera de les faire quitter leur ruche et de prendre leur miel au passage.

morsures-et-piqures-dinsectes-piqure-dinsecte-comment-reconnaitre-une-allergie
morsures-et-piqures-dinsectes-piqure-dinsecte-comment-reconnaitre-une-allergie

Par contre, si ce sont des guêpes, des bourdons ou des frelons, plusieurs méthodes sont à votre portée. Utilisez le bon vieux insecticide. Il est nécessaire que vous soyez habillé pour l’occasion, optez pour plusieurs couches de vêtements longs si vous n’avez pas la combinaison nécessaire. Protégez-vous le visage et les mains également. Pulvérisez l’insecticide sur le nid, en suivant les indications sur le contenant. Le moment propice pour y procéder est le soir quand elles dorment. L’opération est à renouveler le lendemain si vous en apercevez encore d’autres.

 

La fumée fera fuir les insectes.

Vous pouvez procéder également par l’enfumage. Cette technique est à préconiser dans le cas où le nid est encore petit. Faites un feu sous le nid et attendez. La fumée fera fuir les insectes. Vous n’aurez plus qu’à décrocher le nid et le mettre à la poubelle.

Faire appel à un exterminateur professionnel

 

 

 

 

 

 

le bon insecticide

Si toutefois vous ne voulez pas prendre de risque, sollicitez l’aide d’un exterminateur professionnel. Il est spécialisé dans cette tâche et interviendra de manière sûre et efficace. L’expert solutionnera rapidement votre problème en l’étudiant sérieusement.

Il adoptera la meilleure méthode, utilisera les bons produits et vous serez débarrassé de ces insectes en un rien de temps.

Originally posted 2020-04-17 23:31:06.

Est-ce qu’un insecte pique ou mord?

Est-ce qu’un insecte pique ou mord?

L’un ou l’autre, selon le cas.

Les insectes sont minuscules et il est souvent très difficile de les apercevoir. Pourtant, leur piqûre peut faire mal, voire même être mortelle. Plusieurs insectes piquent ou mordent comme les moustiques, les punaises de lit, les guêpes, les frelons, les tiques et même les fourmis. Mais des questions se posent à ce niveau. Les insectes ont-ils des dents pour mordre ? Est-ce dangereux et peut-on attraper des maladies ? Ont-ils du venin ? Que faut-il faire après une piqûre de frelon ? Et l’on a tous en tête l’invasion de moustiques tigres dans les pays tropicaux qui ont fait des morts et qui peuvent transmettre la malaria, le virus Zika, la fièvre dengue appelée « grippe tropicale » ou « fièvre rouge » ou encore le paludisme.

Certains insectes piqueurs possèdent un dard au bout de l’abdomen (abeille, bourdon, guêpe). Ils s’en servent pour injecter leur venin.

Piqûres d'insectes / Piqûres d'hyménoptères - Conseils

D’autres ont une bouche effilée, munie de stylets qu’ils enfoncent sous la peau pour aspirer le sang (puce, punaise, maringouin).

Les mordeurs

Ils ont de fortes mandibules capables de couper la chair pour en boire le sang (Mouche à cheval, Mouche noire, Brûlot).Plusieurs espèces de fourmis possèdent des mâchoires solides et un dard; elles sont capables de mordre et de piquer.

Pourquoi le moustique pique-t-il?

Seul le moustique femelle pique; les mâles se nourrissent de nectar et de sève. Il arrive que la femelle s’alimente aussi de nectar, mais un repas de sang est essentiel. Le sang prélevé dans une seule piqûre contient les protéines nécessaires à la croissance des œufs.

Après avoir piqué, la femelle ne meurt pas. Quelques jours plus tard elle va pondre ses œufs sur l’eau où ses larves se développeront. On donne le nom d’hématophages aux animaux qui se nourrissent de sang

Qu’appelle-t-on un maringouin?

maringouin moustique canada
Le maringouin

C’est le nom qu’on donne aux moustiques du Québec. On les appelle «cousins» en France, et «mosquitos» dans quelques pays latins. En langage scientifique on parle de culicidés pour la plupart de nos moustiques.

Pourtant, tous ces termes désignent les mêmes petits insectes piqueurs qui peuplent nos nuits d’été.

Comment les insectes nous repèrent-ils?

Les moustiques nous repèrent facilement parce qu’ils sentent notre présence. Ils sont très sensibles à l’odeur du gaz carbonique que nous dégageons: ils détectent la chaleur et l’humidité émises par notre corps et perçoivent les vibrations de l’air qu’engendrent nos mouvements.Ils semblent davantage attirés par les vêtements sombres que par les couleurs claires. Pour ne pas les alerter, il faut éviter les parfums, les tissus foncés et les gesticulations inutiles.

Ces bestioles meurent-elles après avoir piqué?

Seule l’abeille risque sa vie en piquant son ennemi. Son dard est hérissé de pointes qui le retiennent, comme un hameçon à l’intérieur de la peau. L’abeille se déchire l’abdomen en tentant de se dégager et meurt peu après.


Les guêpes et les bourdons
 n’ont pas ce problème; leur dard lisse peut être utilisé plusieurs fois. Les maringouins, qui nous piquent pour se nourrir, peuvent recommencer jusqu’à ce qu’ils soient gorgés de sang.

La puce du rat peut transmettre à l’homme la bactérie responsable de la peste. Cette maladie a décimé plus de 25 millions d’Européens, lors d’une épidémie survenue au XIVe siècle.

Pourquoi la piqûre d’un moustique démange-t-elle ?

En piquant, le moustique injecte un liquide qui empêche le sang de coaguler pour l’aspirer plus facilement. Notre système immunitaire réagit à cet anticoagulant et l’enflure qui en résulte est une réaction allergique restreinte à la région de la piqûre.
Certaines personnes très sensibles ont une plus forte réaction et sentent davantage les démangeaisons qui ne durent normalement que quelques heures.

La puce du chien peut-elle piquer l’homme?

Si l’animal qu’elles parasitent disparaît, les puces cherchent une autre source de nourriture et s’en prennent parfois aux humains.

Elles se cachent sous les tapis, dans les fentes (les planchers et sous les plinthes) et attendent les vibrations du parquet pour sauter sur vos chevilles.

carte de la moustiqude par Derattack.com-Dératisation Paris
carte de la moustiqude

Les puces adultes ont besoin de sang pour survivre; aussi piquent-elles aussi souvent que nécessaire.

Leur piqûre laisse peu de traces sur la peau, mais la démangeaison varie beaucoup selon le degré de sensibilité des individus.
Pourquoi la guêpe pique-t-elle?

Les guêpes piquent pour se défendre et pour nourrir leur progéniture. Qu’elles soient solitaires ou sociales, elles attaquent, l’ennemi (lui les menace ou qui représente un danger pour leur nid).

Les guêpes adultes s’alimentent de nectar, alors que les larves se nourrissent d’insectes.
Les guêpes solitaires anesthésient leurs proies avec leur dard et les amènent, encore vivantes, dans des cellules individuelles où les larves s’en repaissent.
Les guêpes vivant en colonie donnent à leurs jeunes des bouchées d’insectes qu’elles ont attrapés.

En présence d’une guêpe que faut-il faire ?

Quand une guêpe nous importune, attirée par un breuvage, du sucre ou un plat à son goût, tentez de rester calme pour éviter de vous faire piquer.
En présence d’un nid, il est préférable de garder ses distances, car certaines guêpes sont agressives.
Appelez l’exterminateur, le déplacement d’un nid de guêpes est un travail de gestion parasitaire  spécialisé.

Si elles passent à l’attaque, mieux vaut s’éloigner rapidement!
Les abeilles et les bourdons tolèrent la présence humaine. Il faut tout de même éviter les mouvements brusques et les laisser tranquillement vaquer à leurs occupations.

Pourquoi la piqûre de guêpe est-elle si douloureuse?

C’est un véritable poison qu’injecte la guêpe: il a un effet paralysant sur les insectes.
Chez les mammifères, il provoque une douleur instantanée. Plusieurs substances chimiques composent ce poison et c’est contre elles que notre organisme réagit.
La majorité des gens s’en tirent avec une enflure: la douleur disparaît après quelques heures. Mais un faible pourcentage de la population est très sensible à ce venin. Ces individus souffrent d’enflures au visage et à la gorge, de troubles respiratoires et cardiaques graves, entraînant parfois la mort.

On suggère à ces gens de se munir d’une trousse spéciale de premiers soins lorsqu’ils s’éloignent des centres médicaux, pour contrer les effets du venin.
Plus le nombre de piqûres est grand, plus les risques pour la santé sont élevés. Des centaines de piqûres peuvent être mortelles, à cause de la grande quantité de venin injectée.

Piqûres d'insectes et d'animaux marins : fausses idées et vérités - Pourquoi Docteur

Y a-t-il des insectes dangereux?

Dans nos régions tempérées, les insectes piqueurs ne constituent guère plus qu’un désagrément, sauf pour les personnes souffrant d’allergies graves aux piqûres; celles-ci représentent environ 1 % de la population.

nid de frelon asiatique
Nid de frelon asiatique

Le frelon est sans doute le plus à éviter.
Les Français luttent depuis peu contre le frelon asiatique en été 2016
En revanche, dans les pays tropicaux, certains moustiques et mouches transportent des virus, des bactéries et des parasites qu’ils inoculent aux animaux et aux humains, provoquant de nombreux décès. La malaria, la fièvre jaune et la maladie du sommeil font encore bien des ravages dans ces contrées.

Le moustique anophèle est le plus dangereux des insectes. Il transmet le microbe de la malaria, tuant environ un million de personnes par année dans les pays chauds.

Les moustiques Aedes infectés transmettent le virus Zika et Chikungunya responsable de ravages en zones tropicales et transmis dans le monde entier par le flux de voyageur infecté

La fièvre dengue (« grippe tropicale », « fièvre rouge » ou « petit palu ») est l’oeuvre des moustiques Aedes aegypti ou Aedes albopictus. Est aussi la hantise de voyageur sous les tropiques.

source

le frelon asiatique, le cauchemar des ruches et des apiculteurs

le frelon asiatique, le cauchemar des ruches et des apiculteurs

Reconnu comme un danger sanitaire pour les abeilles, le frelon asiatique est un véritable cauchemar pour les apiculteurs.

 

 

Peu de techniques existent pour protéger les ruches du nuisible. La destruction des nids reste la plus efficace.

 

Yann Lepetit sort une boîte d’allumettes de sa poche, qu’il fait coulisser. À l’intérieur, se dévoilent deux frelons, l’un très gros, et un autre, moitié moins grand. Ce dernier, le frelon asiatique, est devenu en quelques années le cauchemar des abeilles, et par extension, des apiculteurs.

« Il reste en stationnaire au-dessus des ruches », détaille ce producteur de miel amateur. L’insecte sème alors la terreur au-dessus de la petite société formée par les abeilles. Paniquées, elles enclenchent le mode Défense. « Sur la planche d’envol, elles font face au frelon pour lutter mais il en attrapera toujours », explique Alain Lesclavec, président de La Manche apicole, le syndicat des apiculteurs de la Manche.

 

Depuis dix ans dans la Manche

Le frelon asiatique est arrivé dans la Manche en 2011, repéré à Avranches. Il a ensuite poursuivi sa colonisation jusqu’à Cherbourg, en 2013. Les abeilles manchoises ont un temps été préservées de ce fléau, puisque l’insecte a débarqué en France dès 2004. Il serait arrivé avec une livraison de poteries chinoises dans le Lot-et-Garonne. Lorsqu’une colonie voit le jour, il en suit quatre autres l’année suivante. « Elles sont composées de 2 000 individus maximum », observe Antoine Métayer du FDGDON 50. En revanche, une seule reine frelon asiatique peut pondre 10 à 20 000 individus qui se renouvellent régulièrement.

Suivez nous sur Facebook et Twitter !

Le nid connaît une expansion très importante. Il passe de trois à quatre-vingts centimètres dans sa forme finale. 73 % sont cachés dans des arbres, à plus de dix mètres de hauteur, compliqué à atteindre. 10 % des nids se trouvent dans des bâtiments. Lorsqu’un nid est découvert, il est détruit dans les trois jours. Une piqûre peut être mortelle en cas d’allergie. « Le venin se détruit par la chaleur, donc il faut faire un choc thermique à l’endroit de la piqûre », conseille Antoine Métayer.

 

Il rappelle que le frelon asiatique ne doit pas être confondu avec l’européen, plus gros et rayé. « Il est intégré à l’écosystème. Il faut plutôt chercher à le protéger. »

L’insecte emmène ensuite sa victime un peu plus loin pour la démembrer et ne garder que le thorax. Il contient des protéines, nécessaire au développement de ses larves.
Le frelon asiatique laisse derrière lui toute une colonie d’abeilles terrorisées. « Elles n’osent plus sortir et deviennent fragiles car elles ne mangent plus », retrace le directeur du FDGDON 50  « Ça peut provoquer la mort de la colonie. »

« Grande cause nationale 2022 »

Les députés ont décidé d’agir pour sauver les abeilles de ce péril certain. Une résolution a été adoptée le jeudi 7 octobre, pour « inviter le Gouvernement à déclarer la sauvegarde des abeilles grande cause nationale 2022 », et « à réfléchir à l’élaboration d’un plan national de lutte contre le frelon asiatique ».

Dans la Manche, la lutte est déjà organisée depuis 2016 par le FDGDON. L’organisme dispose d’une convention avec 96 % des communes de la Manche. Elles font appel à lui lorsqu’un nid de frelon asiatique est découvert sur leur territoire. « La destruction des nids, c’est le seul moyen de lutte efficace », tranche Antoine Métayer.

Des moyens de lutte

D’autres moyens existent, comme la fameuse technique de la bouteille en plastique transformée en piège. « Ils attrapent des papillons de nuit, qui sont des pollinisateurs, alarme le président de l’organisme. C’est une bombe environnementale ».

Il y a trois ans, l’association Abeille noire de la Manche a perdu une de ses colonies à cause du frelon asiatique. « J’ai installé une muselière, un grillage autour de la ruche qui maintient le frelon à distance », rapporte Paul Sarge, membre de l’association. Une solution temporaire, loin d’une efficacité optimale.

Reste à dénicher les nids, souvent bien cachés, surtout cette année. « Ils sont plus protégés, dans le bâti », note Antoine Métayer. Il se réjouit de la résolution adoptée par les parlementaires, qui va permettre aux départements sans organisme dédié de s’en doter.

Une colonie peut avancer de 100 kilomètres par an

certaines abeilles asiatiques se défendent en entourant le frelon asiatique. Elles font chauffer l’air et le frelon décède à cause de la chaleur. Nos abeilles intégreront peut-être ce stratagème. Leur salut pourrait bien venir d’elles-mêmes.

Commandez nos produits  sur la  boutique  à prix préferentiels

source

UN APICULTEUR INVENTE UN PIÈGE À FRELONS ASIATIQUES

Cet apiculteur breton a inventé un piège à frelons asiatiques révolutionnaire

Des dizaines de ruches décimées, un coupable : le frelon asiatique.

2-3 minutes

Trente-cinq ruches décimées, des centaines d’abeilles découpées en morceaux, mais un seul coupable : le frelon asiatique. En 2016, lorsque Denis Jaffré, apiculteur installé à Locmélar (Finistère), découvre « le massacre » dans ses colonies, celui-ci décide de mettre au point un système pour « stopper l’hécatombe ». « Au départ avec une simple caisse de vin, quelques entonnoirs et des grillages métalliques », il développe un prototype de piège sélectif capable de coincer les frelons asiatiques, tout en laissant s’enfuir les insectes de plus petites tailles. Quelques coups d’imprimante 3D plus tard, un premier prix Lépine remporté en 2018 et son invention devient un véritable succès.

Un Véritable Succès en Europe

Aujourd’hui, les commandes se multiplient et les apiculteurs de toute l’Europe l’appellent pour protéger leurs ruches.

Sur le marché de Landivisiau, où Denis Jaffré dispose d’un stand posé entre une boucherie chevaline et un traiteur, les clients se suivent et les pièges s’arrachent. « Les particuliers viennent au rendez-vous pour s’équiper et protéger leurs jardins », explique-t-il, alors que plusieurs d’entre eux indiquent vouloir avant tout mettre leurs enfants à l’abri des piqûres.
Elles aussi de plus en plus intéressées, les communautés de communes investissent dans la boîte aux trous calibrés au centième de millimètre près. Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) et Landerneau-Daoulas (Finistère), ont déjà prévu l’installation de dizaines de pièges pour « sauver leurs territoires ».

Mettre Aussi Les Enfants À L’abri Des Piqûres

 

Bénévole dans l’entreprise familiale, baptisée Jabeprode, qui emploie désormais six salariés s’efforçant d’assurer la fourniture des précieux bacs à capture, Denis Jaffré plaide pour une entraide européenne contre le frelon asiatique. « Il serait bon peut-être de passer à un cap supérieur », renchérit-il, constatant l’impuissance et la détresse de nombreux collègues producteurs de miel. « Il faut aller vers une lutte collective qui consiste à réaliser un maillage des territoires, […] détruire les reines (des frelons) au printemps, de façon à réguler l’espèce pour qu’elle ne soit plus une menace pour personne ».

faites appel a un professionnel
sans danger pour vos enfants vos animaux et votre santé

credit photo pixabay.com

source