LA PROLIFÉRATION DES CHENILLES PROCESSIONNAIRES

LA PROLIFÉRATION DES CHENILLES PROCESSIONNAIRES

 

 Contre la prolifération des chenilles processionnaires

 

un arrêté préfectoral oblige à lutter contre la prolifération des chenilles processionnaires

Ardennes : Le préfet des Ardennes Alain Bucquet a signé un arrêté préfectoral qui porte sur « l’obligation de lutte contre les proliférations des chenilles processionnaires du pin et du chêne ».

caterpillar
Derattack.com-Dératisation Paris

« Les propriétaires, locataires, exploitants, gestionnaires de terrains bâtis et non bâtis, ayants droit ou occupant à quelque titre que ce soit sont tenus de mener des actions visant à empêcher et à détruire sans délai les proliférations de processionnaires », peut-on lire dans l’arrêté préfectoral. Ces actions doivent être mises en œuvre par des personnes formées et dotées d’équipements de protection individuels adaptés.

 

source 

Les rats des villes et la prochaine pandémie

Les rats des villes et la prochaine pandémie

Les rats des villes sans doute pas à l’origine de la prochaine pandémie

Les rats des villes sans doute pas à l’origine de la prochaine pandémie

Les rongeurs et autres animaux citadins seraient en fait moins susceptibles de provoquer la prochaine pandémie qu’on ne le pensait

propagateurs de maladies

Les rats sont vus comme des propagateurs de maladies depuis au moins l’époque de la peste, mais de nouvelles recherches montrent que les rongeurs et autres animaux citadins sont en fait moins susceptibles de provoquer la prochaine pandémie qu’on ne le pensait.

Des chercheurs de l’Université de Georgetown à Washington ont étudié des données sur près de 3 000 mammifères, s’attendant à découvrir que ceux qui vivent dans des environnements urbains hébergeaient davantage de virus pouvant être transmis aux humains.

100 fois plus d’études que les autres
Ils ont en fait découvert que les animaux urbains hébergeaient certes 10 fois plus de types de maladies, mais qu’un biais méthodologique pouvait être en cause : ils ont fait l’objet de 100 fois plus d’études que leurs homologues ruraux. Une fois ce biais massif corrigé, les chercheurs ont été surpris de constater que les rats n’étaient pas plus susceptibles d’être à l’origine d’une nouvelle maladie que d’autres animaux.

éponges à maladies

Mais les humains étant en contact régulier avec des rats, il est toujours juste de les décrire comme des « éponges à maladies », a déclaré Jonathan Richardson, professeur d’écologie urbaine à l’Université de Richmond.

suivez nous sur Twitter et facebook

 

source